Historique de « Durso »

 

On peut estimer selon différentes sources que Mr Klimov a créé ses premières figurines en 1935.

De 1935 à 1937, ses créations et productions sont réalisées à son domicile privé. Ces figurines non cataloguées font de 6 à un « petit » 7.5 cm

Les socles sont d’abord ovales avec l’inscription sous la base ; Belgique ou Belgium, ensuite ils sont carrés ou rectangulaires avec l’inscription : fabrication belge, ces figurines sont de belles qualités.

Il faut signaler qu’une des motivations de se lancer dans cette activité a été inspirée à Mr Klimov par un certain Mr Meyer, un Hollandais qui confiant dans le savoir faire de ce créateur sculpteur lui suggère de réaliser une armée hollandaise avec leur uniforme et armement individuels. En effet, les grandes firmes allemandes comme Linéol ou Elastolin produisirent de très belles figurines en uniforme de l’armée allemande et pour la grande majorité sans tête. Ce système leur permettant de fixer une tête selon le pays à représenter et de peindre l’uniforme dans la couleur de l’armée de ce pays. Evidemment les spécificités de ces pays dans les détails des uniformes ne sont plus respectées.

En 1938 Mr Klimov rencontre Mr De Falloise qui estime que ses figurines ont un avenir prometteur et il lui avance des capitaux pour pouvoir s’installer dans un atelier rue Saint Gilles à Liège : la firme ALMA ( Atelier Liégeois de Moulage Artistique)  se crée alors. Ce nom disparaîtra plus tard et sera remplacé par Durso

En cette année 1938, les anciennes dénominations citées plus haut vont être progressivement remplacées par une nouvelle appellation : Durso signifiant dur et solide et les figurines qui font maintenant un bon 7.5 cm sont d’une qualité toujours améliorée.

Le principal et très important client de la firme est « le Grand Bazar » de Liège. Ce grand magasin comparable à ce qui existe à Paris à savoir « les galeries Lafayette » ou « le Printemps » va demander à Mr Klimov de produire une série disons « bas de gamme » et donc moins cher pour des revenus plus modestes.

Cela s’explique par le fait que « le grand bazar » était le lieu de rendez-vous incontournable pour les parents désireux d’acheter des jouets en fin d’année pour la Saint Nicolas ou même pour Noël.

Mr Klimov réalise alors successivement 2 séries dans cette optique.

Pour la première, en 1938, il choisis le nom de « Fabrication belge » inscrite sous le socle ovale des figurines en lettrage différent du fabrication belge des premières productions signalées plus haut.

Pour la seconde en  1939 et les quelques années suivantes, il utilisa le nom de « Alma » cité plus haut, cette marque ne sera inscrite que très rarement sous le socle rectangulaire des figurines.

Ces deux séries d’une facture moyenne comportaient cependant des modèles inédits que l’on ne retrouvera pas dans la production de qualité supérieure appelée Durso. A la fin de la guerre, cette fabrication est finalement abandonnée.

Après la seconde guerre mondiale, il faut un certain temps pour retrouver les matières premières de qualité. La production s’en ressent et laisse donc à désirer.

Cette difficulté résolue, Durso va connaître son apogée par la qualité de production et par ses nouvelles séries comme les cow-boys, les  indiens (enrichi de la production de la firme Incamin racheté en 1948), les barbares, les chevaliers, les nouveaux régiments et les nouvelles tenues pour l’armée, son superbe cirque, etc.….

En ce qui concerne les catalogues de la firme Durso, ils existaient annuellement de 1938 à 1941 puis de 1945 à 1961. Ils se présentaient toujours sous la forme d’une liste de la production avec les prix en vigueur. Malgré des projets et des réalisations  de représentations pour imager ces catalogues, celles-ci ne furent jamais commercialisées.

De 1961 à 1972, avec l'apparition du plastique, les commandes déclinent car les figurines "jouets" reviennent plus chères (moulées une par une et peintes une par une) que les figurines en plastiques unicolores.

Mr Klimov qui ne veux pas tomber en faillite (pour les taxes quelques fois il déclarait + que ce qu'il avait gagné !!!!!) va se tourner vers différentes options:

1) le folklore: il réalise pour un certain nombre de communes belges les emblèmes de celles-ci: lion de Waterloo, figurine folkloriques, souvenirs, figurines  napoléoniennes, etc.…

2) il fournit pour les écoles de la ville de Liège de figurines en "2" dimensions que l'on collait sur un carton, certaines étaient peintes, d'autres pas laissant cette initiative à l’imagination des écoliers.

Enfin, il se tourne vers des collectionneurs  amateurs de figurines ou marchands. en leur disant "si vous me commandez aux moins 100 fois la même pièce, je vous la réalise.

Fin des années 1960,  Christian Blondiau (très connu à paris et dans le monde comme expert en figurines) lui commande une "armée française" type 1940 (soldats, officiers, musiciens mais aussi légionnaires, défense de forteresse, chasseur alpin.....ce qui oblige Mr Klimov à revoir la qualité de  ses vieux moules mais aussi d'en créer de nouveaux,  un autre collectionneur français lui commande la série des SS et Goering, deux frères à Bruxelles lui commande de la marine, etc. etc. Tous ses collectionneurs achètent des séries complètes mais ces pièces doivent être les plus belles possible même si le prix de revient est plus cher, elles ne sont pas destinées aux enfants. Ceci ne sont que quelques exemples, il existe d'autres collectionneurs ou vendeurs  qui ont passé commande.

En 1972 le palais de justice exproprie Mr Klimov, il déménage dans la même rue mais cessera ses activités dans cette rue peu après. Il vend alors une très grande partie de ses moules au poids puisque destinés à être fondu  pour récupérer de la matière première : le zinc.

Cela représente quelques 3000 moules pesant  chacun plus ou moins 15 kilos.

 Certains travailleurs comme souvenir en emporte 1 ou 2, de temps en temps on en retrouve sur des brocantes, inutilisables car ils n'ont plus le cachet durso et la porte pour  mouler...mais comme souvenir.... inestimable. Mr Klimov  fera don de quelques moules dans les musées de jouets.

De 1972 à 1988, il continuera comme au début à travailler chez lui avec un mouleur et une peintre pour les collectionneurs seulement (figurines impeccables mais rarissimes)

Durant les années 80, il vendra son stock de pièce à quelques collectionneurs, la boucle est bouclée.

La firme  apparue officiellement en 1938 disparaît donc en 1988.  Monsieur Klimov  rentre alors son registre de commerce. Notons qu’il sera décoré de l'ordre de Léopold III pour 50 ans de travail de qualité reconnue.

 

 DURSO.Copyright © 20.02.2000  SERVAIS Patrice . Tous droits réservés.